Réflexion(s)...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Réflexion(s)...

Message  sephora le Lun 30 Nov - 23:20

Bonsoir à tous,

Voilà : nous avons tous un point commun sur ce forum : l'intérêt pour la criminologie.
Nous avons créer toutes sortes de sections sur ce site, se rapportant aux modules que nous avons étudié cette année,
mais il en manque une qui, à mon avis, nous permettrais de mieux nous connaître : une partie "débats".
Nous parlons de tout, mais en définitive, de pas grand chose ayant un rapport directe avec nos études.

Je me permet donc de créer cette section, où chacun sera libre de déposer un sujet criminologique, de droit, de psycho (logie, analytique, etc...) ou de socio, permettant d'élever le débat (vous saisirez le piètre jeu de mot... Embarassed ) amenant à la réflexion, et où j'espère, beaucoup interviendrons.
Nous sommes beaucoup à espérer des réformes en tout genre et à critiquer certaines facettes de notre système.
Parlons-en donc, en essayant de faire preuve de plus d'ouverture d'esprit que nos dépositaires du pouvoir...

Puisque notre génération est peut-être celle qui verra la criminologie "renaître" en France, profitons-en pour proposer des idées
(Qui sait...? Il y a peut-être des futurs parlementaires parmis nous qui s'en inspireront à bon escient... Very Happy )

Espérant que cette partie en suscite plus d'un, je vous souhaite à tous une bonne soirée Very Happy

sephora
Admin

Féminin Nombre de messages : 3718
Age : 34
Localisation : TOURS
Date d'inscription : 06/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://ihecrim.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexion(s)...

Message  marmotte334 le Mar 1 Déc - 0:25

Alors là franchement BRAVO pour ce topic cheers cheers cheers cheers cheers

petite précision c'est un topic débat et non règlement de compte alors on peut ne pas être d'accord avec quelqu'un mais on ne doit pas l'insulter ou le piétiner mais par contre argumenter pour défendre son point de vue et parfois par la discussion et bien des personnes peuvent changer d'avis car elles n'avaient pas vu le sujet sur un différent angle Very Happy
A qui l'honneur d'ouvrir un débat Question Question Question bounce bounce bounce

*************************************************
1ère année par correspondance validée
2ème année par correspondance validée
3ème année par correspondance validée
4ème année par correspondance en cours
sort enfin de sa période d'hibernation !!!!!!!
Cool

marmotte334
Admin

Féminin Nombre de messages : 3342
Age : 50
Localisation : Var
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://ihecrim.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexion(s)...

Message  sephora le Mar 1 Déc - 2:15

marmotte334 a écrit:petite précision c'est un topic débat et non règlement de compte alors on peut ne pas être d'accord avec quelqu'un mais on ne doit pas l'insulter ou le piétiner mais par contre argumenter pour défendre son point de vue et parfois par la discussion et bien des personnes peuvent changer d'avis car elles n'avaient pas vu le sujet sur un différent angle Very Happy

OUI !!! c'est tout à fait ça !
L'intérêt est d'échanger des points de vues et qu'il fasse évoluer celui de chacun !
J'espère que l'on ne sera pas toujours les mêmes à intervenir et que personne n'hésitera à donner son point de vue Wink
Chers amis professionnels, non professionnels, idéalistes, philosophes, etc... ambitieux d'imaginer "un monde meilleur", venez nombreux Very Happy


Dernière édition par sephora le Mar 1 Déc - 2:22, édité 2 fois

sephora
Admin

Féminin Nombre de messages : 3718
Age : 34
Localisation : TOURS
Date d'inscription : 06/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://ihecrim.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexion(s)...

Message  sephora le Mar 1 Déc - 2:19

marmotte334 a écrit:A qui l'honneur d'ouvrir un débat Question Question Question bounce bounce bounce
Je propose celui que l'on avait commencé sur un autre topic : la precription des crimes en France.
Est-ce que quelqu'un connait le système de certains pays étrangers ?
On pourrait peut-être "piocher" des idées dans d'autres systèmes...?

sephora
Admin

Féminin Nombre de messages : 3718
Age : 34
Localisation : TOURS
Date d'inscription : 06/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://ihecrim.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexion(s)...

Message  Marie le Mar 1 Déc - 10:52

I) EN FRANCE

Alors commençons par une définition:
La prescription de la peine est le principe selon lequel toute peine, lorsque celle-ci n'a pas été mise à exécution dans un certain délai fixé par la loi à 10 ans pour les crimes, 3 ans pour les délits, 1 ans pour les contraventions (respectivement Articles 133-2,3 et 4 du Code pénal). Le délai commence à courir le jour où la condamnation devient définitive. Il peut être suspendu (peine avec sursis par exemple) ou interrompu (mesure d'exécution).

En ce qui concerne la prescription des crimes sexuels:

VIOL SUR MINEUR DE PLUS OU MOINS DE 15 ANS (Art C PP 222-23 À 222-26)
- un ascendant ou tout autre personne ayant autorité sur la victime mineure (parent ou membre de la famille) => 10 ans à compter de la majorité de la jeune victime
- une personne qui abuse de l’autorité que lui confère ses fonctions (professionnel) => 10 ans à compter de la majorité de la jeune victime
-une tierce personne => 10 ans à compter de la majorité de la jeune victime
- plusieurs personnes agissant en qualité d’auteur ou de complice => 10 ans à compter de la majorité de la jeune victime

II) AILLEURS

La prescription de l'action publique en matière pénale n'existe pas dans tous les systèmes juridiques, notamment aux États-Unis. Les crimes de sang sont imprescriptibles.

Voilà pour le cours rébarbatif Sleep

Personnellement je pense qu'il faudrait abolir pa prescription, parce que tout crime doit être puni en respect pour la victime... Le problème est: pendant tout ce temps on peut falsifier les preuves.

Marie

Féminin Nombre de messages : 189
Age : 29
Localisation : seine et marne
Date d'inscription : 17/07/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexion(s)...

Message  sephora le Mar 1 Déc - 16:48

"La prescription pour les crimes de sang est régulièrement remise en cause par l'opinion publique lors de grandes affaires de meurtre. La prescription est justifiée par le fait qu'au delà d'un certain délai le trouble causé par l'infraction disparaît, et que les preuves disparaissent avec le temps, donc surtout que le risque d'erreur judiciaire augmente. Certains arguent aussi que la perte du droit de poursuivre est la sanction de la négligence des autorités".

Voila les arguments inscrit sur Wikipédia.
"trouble causé par l'infraction disparaît"... ils auraient pu utiliser un autre mot, comme "diminue" par exemple...
Ex : Pour une mère dont les enfants se font kidnapper puis assassinés, je doute que le "trouble causé" disparaisse...
Pour les preuves, on sait qu'aujourd'hui les techniques de la PTS sont excellentes, les moyens de conservation permettant de garder les preuves pendant plusieurs décennies. Ex : Affaire Grégory.
La peur d'une erreur judiciaire est donc une excuse... Heaulme n'a pas été condamné pour les meurtres dont Dils a été accusé, alors que de fortes suspicions planent sur lui... On dit quoi aux parents des victimes ? bah que ce n'est pas Dils, mais qu'au nom de la prescription on ne peut plus rien faire... Magnifique ! En fait, après le traumatisme subit, la Justice en rajoute une couche...
Dernier argument : la perte du droit de poursuivre est la sanction de la négligence des autorités... Alors là on se fout de notre gueule...
Ils s'autopunisse de leur incompétence... C'est un comble !

Bref, ne serait-ce que par empathie pour la victime, le système DOIT changer.
Je vais essayer d'aller trouver le fonctionnement d'autres pays.

sephora
Admin

Féminin Nombre de messages : 3718
Age : 34
Localisation : TOURS
Date d'inscription : 06/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://ihecrim.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexion(s)...

Message  sephora le Mar 1 Déc - 17:09

Je viens de trouver cet article. Il s'agit des crimes internationaux :

"La prescription, définie dans le cadre de cette recherche comme le mode d’extinction de l’action en justice et/ou de l’exécution d’une condamnation pénale à la suite de l’écoulement d’un certain délai fixé par la loi, est perçue, avant tout, comme une mesure d’intérêt social - dans un souci d’apaisement de la société et de garantie de la sécurité juridique - et non comme un droit individuel. Après l’écoulement d’un certain temps, l’action ou l’exécution de la peine cesserait d’être utile. La prescription permettrait, en outre, de sanctionner les défaillances des autorités publiques. Elle peut également être perçue comme un instrument de politique criminelle, permettant notamment de pallier l’engorgement des tribunaux et de contrôler le flux d’affaires ou encore de dépénaliser par inertie certaines infractions.

La comparaison montre que la prescription n’est pas un principe général constitutionnalisé. Ce qui est parfois constitutionnalisé, au contraire, est le principe d’imprescriptibilité de certaines infractions (cas de la Pologne parmi les pays étudiés). Même si la prescription paraît échapper au droit constitutionnel, elle se retrouve néanmoins dans certains principes du droit pénal ayant une valeur constitutionnelle. C’est notamment le cas du principe de la nécessité des peines ou de proportionnalité, ou encore, du principe de la légalité. La prescription jouit souvent d’un large crédit, parce que, contrairement à l’amnistie et à la grâce, elle n’est pas un acte direct de volonté du politique. Elle a un caractère général, abstrait et automatique. De plus, dans les systèmes juridiques qui l’adoptent, elle est la règle, l’imprescriptibilité étant l’exception. Enfin, la durée du délai de prescription varie en fonction de la nature et de la gravité soit de l’infraction, soit de la peine. Les rapports nationaux montrent que les délais de prescription varient de un an pour les infractions les moins graves à trente ans, pour les plus graves.

La recherche montre l’érosion de la prescription et la naissance de l’imprescriptibilité en droit international avec l’apparition de la notion et du régime différencié des crimes internationaux et ses implications sur les droits internes. L’étude de droit international révèle que la naissance de l’imprescriptibilité n’a pas été aisée et qu’elle est toujours l’exception à la règle. Il s’agit d’une naissance historique particulière (autour des crimes nazis) et dans un climat d’urgence : dans le cadre de la lutte contre l’impunité des crimes nazis et des risques de prescription de ces crimes. Mais il s’est ensuite avéré difficile de développer la réflexion dans un cadre général, pour tous les crimes internationaux. Il suffit d’observer le manque d’adhésion aux traités spécifiques à l’imprescriptibilité (Convention des Nations Unies de 1968 et Convention du Conseil de l’Europe de 1974). L’adoption du Statut de Rome représente, partant, un pas très important vers la reconnaissance de l’imprescriptibilité des graves crimes internationaux objets du traité. Venant codifier une règle de droit coutumier existante pour les crimes de génocide et crimes contre l’humanité, l’article 29 du Statut pourrait bien représenter le point de départ de l’élaboration d’une règle internationale de droit coutumier pour les autres crimes objets du traité.

La remise en cause catégorique et assez large de la prescription en droit international vient, en fait, des organes de protection des droits de l’homme. L’analyse des décisions de la Sous-commission des droits de l’homme et du Comité des droits de l’homme des Nations Unies, ainsi que de celles des Cours européenne et interaméricaine des droits de l’homme, révèle une extension de la qualification de crimes imprescriptibles aux violations dites graves des droits de l’homme. Ainsi, le Comité des droits de l’homme a considéré que l’Etat qui oppose la prescription en droit interne pour faire obstacle aux poursuites contre l’auteur d’une exécution extrajudiciaire, doit examiner si cela est conforme aux obligations internationales. Il va même jusqu’à enjoindre à l’Etat de réformer le système de prescription interne, si ce dernier fait obstacle à l’obligation, au titre des textes internationaux de droits de l’homme, d’enquêter et de réprimer les violations de droits de l’homme . La Cour européenne a considéré en 2004 qu’en cas de violation de l’article 3 de la Convention européenne, le droit à un recours effectif est enfreint dès lors que les poursuites pénales sont prescrites ou lorsqu’une amnistie ou une grâce est accordée . La Cour interaméricaine, quant à elle, depuis 2001 , considère inadmissibles les dispositions de prescription, d’amnistie ou toute mesure empêchant l’enquête et la sanction des responsables de violations graves des droits de l’homme comme les tortures, les exécutions sommaires, extralégales ou arbitraires et les disparitions forcées.

L’analyse du droit international sur la prescription montre comment les fondements de l’institution de la prescription en droit interne peuvent être réfutés lorsqu’il s’agit de la poursuite des auteurs de graves crimes internationaux. Les arguments pratiques qui fondent la prescription pourraient être contrecarrés par d’autres arguments favorables à l’imprescriptibilité : les preuves apparaissent avec le temps, la justice a besoin de temps, les victimes ont besoin de recul pour oser porter plainte, la société a besoin de temps pour prendre conscience et le temps ne suffit pas à apporter l’oubli. L’étude a également mis en exergue les possibilités d’aménagement entre imprescriptibilité et prescription et dégagé quelques principes directeurs pour l’application de la prescription en cas de crimes internationaux graves. Dans le cadre des travaux de la Sous-Commission des droits de l’homme des Nations Unies, un compromis semblait se dessiner autour de la dissociation entre le droit imprescriptible des victimes à la vérité et à réparation en cas de crimes internationaux, et la question de la prescription éventuelle des poursuites contre les auteurs de l’acte. Or, un dépassement contemporain de ce compromis gouvernemental existe déjà dans les travaux les plus récents de la Sous-Commission et dans le cadre des jurisprudences des organes régionaux et universels de protection des droits de l’homme (Comité des droits de l’homme des Nations Unies, Cours européenne et interaméricaine). La prescription des crimes internationaux y est remise en cause moins par rapport à l’intérêt de punir l’auteur de l’acte même de longues années après, que sur d’autres plans : d’une part, en raison de l’importance de rappeler le droit, la loi - d’autant que l’interdiction des crimes en cause a valeur impérative -, et de prévenir la répétition de l’illicite ; d’autre part, et surtout, en se plaçant du côté de la victime : droit à la vérité, droit au recours effectif et droit à réparation et obligation pour l’Etat d’enquêter et de poursuivre les auteurs des actes. Les évolutions du droit international général (sur les implications de l’engagement de la responsabilité internationale des Etats) et les évolutions du droit international des droits de l’homme (droit à réparation des victimes, droit au recours effectif) se conjuguent ainsi en faveur d’une imprescriptibilité.

Pourtant, entre une imprescriptibilité absolue imposée en droit international et la préservation d’une marge d’appréciation totale des Etats quant à la réglementation de la prescription, peut-on dégager une échelle de critères régulant la légalité de l’institution ? L’imprescriptibilité absolue est-elle la seule issue pour les crimes internationaux ? Des aménagements autres seraient-ils envisageables? A défaut d’imprescriptibilité, l’allongement des délais de prescription est envisagé par certains textes internationaux (par exemple, l’art. 7 de la Convention interaméricaine sur la disparition forcée de personnes). Une tendance à l’allongement de la durée de la prescription peut être constatée de l’analyse des rapports nationaux, même si elle ne touche pas tous les pays étudiés. En France, par exemple, des délais allongés pour certaines infractions peuvent être constatés notamment en matière de terrorisme et de trafic de stupéfiants. Il en est de même pour la Suisse, où le délai de prescription de l’action pénale en cas d’infractions commises contre des enfants a été allongé. En Allemagne, des lois de 1993 et 1997 ont prolongé le délai de prescription des infractions commises pour des motifs politiques en ex-RDA ou des infractions économiques commises en liaison avec la réunification. Quant à la Pologne, en 1997, un allongement général des délais de prescription a été entrepris. Au-delà de l’allongement des délais de prescription par le législateur, les systèmes nationaux prévoient des causes de suspension ou d’interruption de la prescription. Il faut pourtant noter que, dans un souci de simplification, la Suisse a renoncé au système de suspension/interruption de la prescription de l’action pénale depuis 2002.

De telles possibilités d’extension des délais de prescription sont-elles suffisantes pour tous les crimes, même pour les plus graves ? Sous quelles conditions, selon quelles limites doit-on admettre la prescription et l’imprescriptibilité de crimes internationaux ? Dans quelles circonstances la prescription de crimes internationaux recouvrant les graves violations des droits de l’homme serait-elle acceptable ? Une chose est certaine : la prescription ne saurait porter atteinte au droit des victimes et de leurs ayants droit à réparation avec toutes ses composantes. En droit interne, en plus de cette tendance à l’allongement des délais de prescription, la grande majorité des pays étudiés prévoit des crimes imprescriptibles, parfois en raison de l’introduction du droit international pénal dans l’ordre interne, parfois en raison de la pression médiatique entourant certaines infractions. Si les crimes contre l’humanité sont souvent considérés comme imprescriptibles, le constat est celui de l’éclatement des infractions soumises à l’imprescriptibilité, dont certains exemples sont l’écocide en Russie ou l’infraction militaire d’insoumission en Italie.

Il semble bien que ce soient les développements du droit international des droits de l’homme et, dans une moindre mesure du droit international pénal, qui exercent une pression accrue en faveur d’une remise en cause de la prescription au nom de la lutte contre l’impunité des crimes internationaux, dont la catégorie, aux contours toujours variables, ne cesse d’augmenter. Pourtant, il faut noter les risques d’une hypertrophie de la répression, fruit de la conduite des Etats qui tentent de rattacher au noyau dur des crimes imprescriptibles d’autres infractions comme le terrorisme, la pédophilie ou la pornographie enfantine".

sephora
Admin

Féminin Nombre de messages : 3718
Age : 34
Localisation : TOURS
Date d'inscription : 06/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://ihecrim.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexion(s)...

Message  marmotte334 le Mer 31 Mar - 17:25

sephora a écrit:Ah oui je l'ai fait l'année dernière. J'avais visité la maison d'arrêt de la Santé dans le 14è à Paris
C'était très dur de voir ce Monde parallèle ... mais je conseille de le faire quand même.
C'est important d'avoir connnaissance de leur quotidien !!! ( Sad Sad Sad Sad Sad X 10 et avec des sanglots)

*************************************************
1ère année par correspondance validée
2ème année par correspondance validée
3ème année par correspondance validée
4ème année par correspondance en cours
sort enfin de sa période d'hibernation !!!!!!!
Cool

marmotte334
Admin

Féminin Nombre de messages : 3342
Age : 50
Localisation : Var
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://ihecrim.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexion(s)...

Message  marmotte334 le Mer 31 Mar - 17:27

Ambre a écrit:Si j'étais à leur place, j'aurais envie de foutre des claques o gens (voire de les étrangler) qui viennent visiter la prison .. Ca me dérange d'aller les voir .. Moi je rentre tranquille chez moi après .. C'est pas un musée, ni un Zoo ..
Je sais que c'est important de savoir, surtout si je dois plus tard prendre des décisions de ce genre .. Mais j'me mets à leur place, ça doit pas être évident ..

*************************************************
1ère année par correspondance validée
2ème année par correspondance validée
3ème année par correspondance validée
4ème année par correspondance en cours
sort enfin de sa période d'hibernation !!!!!!!
Cool

marmotte334
Admin

Féminin Nombre de messages : 3342
Age : 50
Localisation : Var
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://ihecrim.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexion(s)...

Message  marmotte334 le Mer 31 Mar - 17:29

sephora a écrit:Exactement Ambre ! Tu cites un sentiment qui est courant chez eux et qui me rappelle un évènement pendant cette journée (enfin je n'avais évidemment pas oublié mais j'en profite pour le citer)
Un détenu d'une petite vingtaine d'année s'est tourné vers l'un de ses co-détenus et a dit (fort pour qu'on l'entende) : "Tiens regarde des tourites qui viennent nous jeter des cacahuètes !" Rien qu'à y repenser j'ai les larmes qui montent.
S'il pouvait savoir, ce jeune homme, la vraie façon dont je le voyais ... J'ai beaucoup de peine pour eux et de voir la façon dont ils sont "traités". Les humiliations, en tout genre, qu'ils subissent au quotidien !!! Pays des droits de l'Homme ... mon c** !!! Mad
Le soir je suis rentrée chez moi, tranquille dans ma résidence privée, entretenue, appart chauffée avec terrasse et vue sur la piscine blablabla ... pendant que ceux que j'avais croisés quelques heures avant dormaient dans une cellule de 7m2 qu'ils partageaient à 2 et bien sûr fermée à double tour !!! C'EST HONTEUX et le pire c'est que l'Etat ne comprenne pas qu'on arrive pas tous à les réinsérer ... Bande de C*** !!! C'est pas possible quand même : soit ils sont c*** soit ils sont hypocrites !!! Faut pas s'étonner de leur sentiment de rjet quand ils ressortent, c'est tout !! Faut pas s'étonner ...
J'ai pas dormi la nuit qui a suivit et pas mal sangloté. Mon mari a dut supporter mes larmes pendant des heures, et je voyais que lui ne comprenait pas ça ! Mais en même temps, il faut le voir pour le croire. Les images de la télé sont tellement loin de la ralité. Il y a encore une semaine j'en parlais avec un ami ...

Alors c'est sûr c'est pas cool pour eux de voir des gens "libres" entrer et sortir comme ça de leur monde, mais comme tu le précises très bien Ambre, pour bien comprendre le problème et les aider un temps soit peu, il faut prendre connaissance de leur vie.
J'ai vraiment mal pour eux !!!

*************************************************
1ère année par correspondance validée
2ème année par correspondance validée
3ème année par correspondance validée
4ème année par correspondance en cours
sort enfin de sa période d'hibernation !!!!!!!
Cool

marmotte334
Admin

Féminin Nombre de messages : 3342
Age : 50
Localisation : Var
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://ihecrim.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexion(s)...

Message  marmotte334 le Mer 31 Mar - 17:31

sephora a écrit:Voila ma réaction à chaud que j'avais posté sur le forum Unicrim le lendemain de ma visite (j'ai la flemme de reprendre tout ce que j'ai vu) :

Hier après-midi, j'ai visiter la Maison d'arrêt de la Santé avec l'IHECRIM. Ce message ne s'adresse pas spécialement à Erwan et Maxime, même si j'ai une petite question pour eux à la fin. J'espère que tout le monde sur ce forum lira ce qui suit, car j'ai sincèrement été choquée: Pour faire court, leurs conditions de vie sont absolument intolérables dans un pays qui se revendique régulièrement comme le pays des droits de l'Homme. Saviez-vous que certains détenus vivent dans une cellule de 15 m carrés à 4? Qu'il n'y a aucune séparation entre leurs lits et leurs toilettes, ce qui par conséquent les obligent à faire leurs besoins devant leurs co-détenus? Je suis entrée dans une cellule de 7 m carrés. (ce qui soit dit en passant n'est même pas le minimum légal, puisqu'il est de 9 m carrés). Ils sont parfois 2 là dedans. Je ne suis pas en train de dire que la prison est une mauvaise chose. Mais les conditions de vie... SI!!! Pour info, en ce moment même, FOUNIRET est dans cette prison et profite d'une cellule à lui tout seul. Certains vont dire que c'est pour des raisons de sécurité et c'est vrai. Mais n'est-il pas honteux de voir que certains qui ont commis des faits beaucoup moins graves subissent des conditions de vie 100 fois pire? Il existe un "carré VIP" réservé aux personnes connues: (Bernard TAPIE y est passé). C'est le seul endroit où j'ai senti la chaleur. Partout ailleurs, ça caille!!! Alors j'ai quelques questions posées à tous: N'est-il pas normal, en définitive, que certains délinquants aient le sentiment d'être traité comme des animaux? Est-ce que l'Etat n'est pas en train de scier la branche où ils leur ont demandé de s'asseoir? Il crée des lois plus dures pour les "récidistes" mais si on était enfermé dans une pièce de 7 m carrés pendant des jours, des semaines, des mois voir des années pour beaucoup d'entres eux, est-ce qu'on ne serait pas pris d'une certaine folie dut à tout cet espace que l'on retrouve en sortant? Je vais m'arrêter là pour ce que j'ai vu parce qu'il y en aurait pour des heures. Ou une dernière chose peut-être: J'ai evidemment croisé quelques détenus, et seulement un seul a fait une remarque négative sur notre présence, mais je lui trouve des circonstances atténuantes sans difficultés. Je suis peut-être un peu saoulante avec mon témoignage, mais c'est le seul moyen que j'ai trouvé pour l'instant de faire partager ce que j'ai vu. Je suis étudiante en droit et j'aime profondemment ce que j'étudie. Je souhaite être juge aux affaires pénales (en cour d'Assises bien sûr, raison pour laquelle je suis des cours en criminologie), mais j'ai eu beaucoup de mal à dormir cette nuit et je pense que cette expérience peut être très profitable aux personnes qui souhaitent découvrir la criminologie, car la peine de réclusion fait aussi partie de cette science. Ma question à Erwan et Maxime: Est-ce quil existe des associations "d'aide aux détenus"? Je n'ai aucune prétention morale, mais JE VEUX aider. Je n'imaginais pas que leurs conditions de vie étaient aussi dégradantes.

Le lieutenant qui nous a fait la "visite" nous a expliqué que les détenus pouvaient suivre des études en tout genre en prison. Je suis donc allée voir cet homme en lui demandant si les détenus avaient à leur disposition une bibliothèque et une salle pour étudier tranquillement (parcequ'il faut bien reconnaître que travailler dans une pièce minuscule partagée avec d'autres détenus ne facilite pas la concentration). Il me répond:" Oui oui il y a une bibliothèque. On va d'ailleurs passer devant tout à l'heure". Me voilà rassurer.... Mais juste pour un temps. J'ai d'ailleurs très hâte de l'a voir. Je me dis que l'Etat a au moins pensé à ça. Quelle n'a pas été ma surprise quand en arrivant devant cette "bibliothèque" je m'apperçois que c'est une cellule de 9 m carrés. Pensez à celle dont vous pouvez profiter dans votre université...
Je regarde par l'oeilleton et je découvre 2 pans de murs où se trouvent des livres arabes, libanais... en tout genre. Je n'ai rien contre ces livres mais je m'attendais à autre chose... Puis sur le dernier pan, je vois d'autres livres (accrochez-vous), DES ROMANS POLICIERS!!! Trop fort non??!! On leur donne les moyens de déjouer leurs tests psychologiques, s'ils souhaitent en passer, grâce à ces bouquins, et en plus en leur donne des "tuyaus" sur comment commettre un parfait cambriolage par exemple.
Alors un peu de remise en question sur le regard que l'on porte sur eux et une dose de compassion, ne feraient vraiment pas de mal.
A bon entendeur...

*************************************************
1ère année par correspondance validée
2ème année par correspondance validée
3ème année par correspondance validée
4ème année par correspondance en cours
sort enfin de sa période d'hibernation !!!!!!!
Cool

marmotte334
Admin

Féminin Nombre de messages : 3342
Age : 50
Localisation : Var
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://ihecrim.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexion(s)...

Message  marmotte334 le Mer 31 Mar - 17:32

sephora a écrit:Bah oui j'étais en colère. Je précise un truc que je n'avais peut-être pas très bien formulé dans ces posts là : Fourniret est dans le carré VIP de la prison et son couloir (et sa cellule par conséquent) sont chauffés ! Et les autres ... on y pense même pas. ça caille ??? bah tant pis pur ta g***** t'avait cas pas faire de conneries !!! Trop facile ! et ça y'est je m'énerve encore mais ça me met en rage de voir ça, que l'on traite des individus, DES ETRES VIVANTS de cette façon !!! Je serais une héroïne avec des pouvoirs magiques, b***** de m**** j'en aurais changée des choses dans tout ce m****ier !!!

*************************************************
1ère année par correspondance validée
2ème année par correspondance validée
3ème année par correspondance validée
4ème année par correspondance en cours
sort enfin de sa période d'hibernation !!!!!!!
Cool

marmotte334
Admin

Féminin Nombre de messages : 3342
Age : 50
Localisation : Var
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://ihecrim.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexion(s)...

Message  marmotte334 le Mer 31 Mar - 17:34

Ambre a écrit:Je ne comprends que trop bien ta réaction ...

*************************************************
1ère année par correspondance validée
2ème année par correspondance validée
3ème année par correspondance validée
4ème année par correspondance en cours
sort enfin de sa période d'hibernation !!!!!!!
Cool

marmotte334
Admin

Féminin Nombre de messages : 3342
Age : 50
Localisation : Var
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://ihecrim.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexion(s)...

Message  marmotte334 le Mer 31 Mar - 17:35

sephora a écrit:Et puis j'ajoute la réponse d'Erwan (parce que ça peut être intéressant pour tout le monde) :

je comprends cette colère qui t'anime après avoir visité cette prison
oui il existe évidemment des associations d'aide aux détenus, plusieurs même
- OIP, qui est un observatoire national des conditions psychosociales des détenus en prison
- association genepi, ainsi que auxilia : qui aident les détenus par des formations visant à la réinsertion sociale avenir
il faut bien savoir que l'évolution de la pensée pénitentière ne fut pas rectiligne
Des débats juridiques, méthodologiques et idéologiques entre ces trois courants de pensée ont eu lieu
Jusqu'aux années soixantes, la prison était réellement perçus comme un environnement devant réhabiliter le délinquant
des processus thérapeutiques, psychosociaux, cognitivocomportalistes, apprentissages scolaires et/ou professionnels... étaient pratiquées
Les politiques publiques misaient sur cette idéal de réhabilitation

ce n'est qu'après une étude de Martinson (et d'autres qui se sont retirés) publiée en tant que "Does nothing works" puis réinterprété en "nothing works" (aucun résultat) que Martinson démontra que toutes ces déterminations publiques n'avaient pas d'effets directs et démontrables en tant que tel sur la réinsertion et la reconstruction du lien social chez les délinquants
évidemment, d'autres facteurs doivent etre pris en compte (explosion du taux de criminalité au Etats-Unis...)
Martinson montra surtout que 67% des délinquants se réinséraient sans avoir été suivi thérapeutiquement...

ce fut la fin de l'idéal de réhabilitation pour un idéal contemporain de getion du risque (fin des peines indéterminées, peines planchers, libertés conditionnelles u plus en plus rares et plus tardives...)

ce reviremment idéologique, pensant désormais le délinquant sous des formes statistiques catégoriées sous des items "objectifs" permettent d'effectuer un "calcul de type assurance" sur la tête d'humains condamnés

je suis tout autant navré que toi
ce constat doit etre retravaillé, cela va de soi, mais en proposant de nouvelles situations opérationnelles cohérantes
je te conseille vivement les ouvrages de G. De Conninck, un très grand monsieur de la criminologie qui fut un temps directeur de prison
et pour un abolitionniste, c'est une sacré charge!

bonne lecture

*************************************************
1ère année par correspondance validée
2ème année par correspondance validée
3ème année par correspondance validée
4ème année par correspondance en cours
sort enfin de sa période d'hibernation !!!!!!!
Cool

marmotte334
Admin

Féminin Nombre de messages : 3342
Age : 50
Localisation : Var
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://ihecrim.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexion(s)...

Message  marmotte334 le Mer 31 Mar - 17:36

sephora a écrit:
Ambre a écrit:Je ne comprends que trop bien ta réaction ...
Merci Ambre, je suis ravie de voir que l'on est sur la même longueur d'onde.
La colère remonte ...

*************************************************
1ère année par correspondance validée
2ème année par correspondance validée
3ème année par correspondance validée
4ème année par correspondance en cours
sort enfin de sa période d'hibernation !!!!!!!
Cool

marmotte334
Admin

Féminin Nombre de messages : 3342
Age : 50
Localisation : Var
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://ihecrim.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexion(s)...

Message  marmotte334 le Mer 31 Mar - 17:37

Christelle a écrit:Je comprend ton sentiment Sephora moi qui ai travaillé dans une prison y a des choses qui m'ont marqués aussi. J' ai eu l' occasion de visité une prison ici en Afrique alors ici c ' est le chaos moi je te dis.

*************************************************
1ère année par correspondance validée
2ème année par correspondance validée
3ème année par correspondance validée
4ème année par correspondance en cours
sort enfin de sa période d'hibernation !!!!!!!
Cool

marmotte334
Admin

Féminin Nombre de messages : 3342
Age : 50
Localisation : Var
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://ihecrim.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexion(s)...

Message  marmotte334 le Mer 31 Mar - 17:38

sephora a écrit:Raconte ?

*************************************************
1ère année par correspondance validée
2ème année par correspondance validée
3ème année par correspondance validée
4ème année par correspondance en cours
sort enfin de sa période d'hibernation !!!!!!!
Cool

marmotte334
Admin

Féminin Nombre de messages : 3342
Age : 50
Localisation : Var
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://ihecrim.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexion(s)...

Message  marmotte334 le Mer 31 Mar - 17:39

Christelle a écrit:
sephora a écrit:Raconte ?

Je commence par quoi l' Afrique?!!!

Alors ici dis toi qu un détenu est considéré comme un moins que rien. Ici tout fonctionne par rapport à l' argent si tu en as (donc très peu) tu pourras amélioré tes conditions de détentions pour ce qui est de la nourriture (si j' ose dire amélioré la je te parles d 'épices donc imagine un peu...)
Les repas sont toujours les mêmes : riz poisson (pourri) et basta.
Quand aux cellules alors la c' est pire que tout ils sont entassés, vivant les uns sur les autres, pour l hygiène je te racontes mêmes pas. Sans parlé des maladies : paludisme, sida etc....
Si tu as d' autres questions plus précises je suis à ta disposition!!!! Surprised

*************************************************
1ère année par correspondance validée
2ème année par correspondance validée
3ème année par correspondance validée
4ème année par correspondance en cours
sort enfin de sa période d'hibernation !!!!!!!
Cool

marmotte334
Admin

Féminin Nombre de messages : 3342
Age : 50
Localisation : Var
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://ihecrim.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexion(s)...

Message  marmotte334 le Mer 31 Mar - 17:40

sephora a écrit:Oui effectivement j'aurais d'autres questions, mais là on s'écarte peut-être un peu du sujet je crois ... Laughing
continuons ailleurs si ça te dit ? Wink

*************************************************
1ère année par correspondance validée
2ème année par correspondance validée
3ème année par correspondance validée
4ème année par correspondance en cours
sort enfin de sa période d'hibernation !!!!!!!
Cool

marmotte334
Admin

Féminin Nombre de messages : 3342
Age : 50
Localisation : Var
Date d'inscription : 18/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://ihecrim.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexion(s)...

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:30


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum